Modalités de stage

Les étudiant(e)s du Master STEM auront la possibilité de faire leurs stages dans des laboratoires d’accueil nationaux et internationaux (Universités, CNRS, IFREMER…), mais aussi au sein de structures territoriales, des organismes privés de recherche ou des entreprises dans les domaines du master

En M1:

Le stage du semestre 2 a une durée de 8 semaines (env. 2 mois).

En M2 :

Le stage du semestre 4 est un stage de recherche de 20 semaines minimum (5 à 6 mois).

M1-2017-03

Objectifs : développer de nouveaux systèmes hybrides sensibles, à base de nanoparticules d’or (NPAu) supportées sur des oxydes métalliques nanostructurés, pour des applications environnementales : détection/dégradation de contaminants organiques de l’eau/air, conversion énergétique de gaz naturel…Propriétés visées : (photo)catalytiques, (photo)sensibilité.Intérêt des systèmes hybrides : effet de couplage entre les nanoparticules métalliques et leur support oxyde renforçant les performances intrinsèques de l’oxyde. Propriétés plasmoniques des NPAu permettant de développer des matériaux photoactifs sous rayonnement visible3 volets : – élaboration des matériaux (chimie douce),- caractérisation (structurale, morphologique, électrique…)- tests de détection, de catalyse/photocatalyse. (Retour)

M1-2017-02

La Petite et la Grande Rade de Toulon sont étudiées depuis 1995. Les séries temporelles des communautés zooplanctoniques de la Rade de Toulon sont étudiées par microscopie et doivent être couplées et complétées par imagerie Zooscan. L’objectif de ce stage est d’étudier les séries temporelles de ces communautés zooplanctoniques en milieu côtier par imagerie Zooscan ainsi que la diversité des spectres de tailles et la diversité spécifique.
Les prélèvements des échantillons ont été réalisés dans la Petite et la Grande Rade de Toulon à l’aide de filets de 90 m et 200 m puis ont été stockés dans de l’eau de mer formolée afin d’être étudiés.
L’analyse des données concernera l’étude des corrélations possibles de la diversité spécifique et des spectres de tailles.
Les résultats apporteront des données et des connaissances originales et nouvelles à la structure et au fonctionnement des communautés zooplanctoniques en milieu côtier de Méditerranée Nord-Ouest. (Retour)

M1-2017-01

Afin d’apporter de nouvelles fonctionnalités, notamment de pouvoir activer les liaisons chimiques dans un réseau à la demande et de transformer l’énergie mécanique en d’autres formes d’énergie (électrique par exemple) de nouveaux matériaux utilisant des liaisons covalentes réversibles sont actuellement développés.
Durant ce stage, il s’agit de mettre en évidence la réversibilité des réactions de Diels-Alder entre des nanoparticules piézoélectriques de BaTiO3 fonctionnalisées et une matrice epoxy.
Pour cela, la spectroscopie infra-rouge en température, l’analyse mécanique dynamique en température seront utilisées et couplées à l’analyse calorimétrique différentielle. Ainsi, la cinétique de formation et de destruction des liaisons covalentes sera établie en relation avec la structure du réseau polymérique. L’évolution des propriétés mécaniques et diélectriques sera établie selon la réversibilité des liaisons covalentes mise en oeuvre. Ainsi, le caractère intelligent du matériau sera établi à l’issue du stage. Une caractérisation fine à l’échelle locale par microscopie à force atomique sur les échantillons les plus prometteurs. (Retour)

 

M2-M-2017-1

Les revêtements d’hydrophilie, de mobilité et de topographie, distribuées à sa surface en domaines microscopiques et nanoscopiques, avec une variabilité suffisante dans leurs compositions, leurs structures et leurs dynamiques, sont conçus pour réduire le fouling. Des revêtements innovants à base de réseaux siloxanes (PDMS) choisis pour leur faible énergie de surface et d’adhésion, couplés à des copolymères dont un des blocs est hydrolysable/dégradable pour apporter ces propriétés de variabilité à la surface, font partis des systèmes les plus prometteurs pour lutter contre le fouling marin. Ces revêtements complexes sont préparés par mélange de copolymères et séparation de phase lors de la réticulation du réseau siloxane.

Ce stage de master aura pour objectif de synthétiser (ou sélectionner sur le marché) des architectures originales de copolymères et d’étudier en détail leur cinétique d’hydrolyse dans un milieu aqueux. L’étude sera focalisée sur l’utilisation de copolymères à propriétés évolutives et de structures contrôlées (Figure 1- voir document joint) (copolymères greffés à blocs ou statistiques, copolymères diblocs/triblocs,…).

Figure 1: structures de copolymères à base de PDMS (bleu) et d’unités hydrolysables/dégradables (rouge)

Le(la) stagiaire(e) s’attachera à greffer une sonde fluorescente sur ces copolymères sensibles à l’hydrolyse afin de tracer l’évolution de leur hydrolyse lorsqu’ils sont inclus dans un réseau grâce à la spectroscopie de fluorescence confocale. Les techniques de caractérisation utilisée seront la RMN, FT-IR, DSC, SEC et fluorescence. (Retour)

M2-C-2017-9

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet Interreg Marittimo SPLASH! (2018-2020): Stop alle Plastiche in H2O!, coordonné par l’UNIGE/Genova (Italie).L’objectif de SPlasH! est d’analyser la présence, l’origine et la dynamique des microplastiques dans les ports de la mer Tyrrhénienne (Gênes, Olbia, Toulon), et leur rôle potentiel comme vecteur de contaminants au large.
Le stage consiste en une étude des propriétés de transport des micro-plastique vis à vis des métaux traces. Dans un premier temps une caractérisation des micro-plastique par IRTF (ou autre technique) sera faite afin d’avoir une banque de données utilisables pour la classification des micro-plastiques issus de prélèvement. Puis, après avoir défini les protocoles de mesures spécifiques (homogénéisation digestion limite de détection…) , la méthodologie devra être mise au point à partir de micro-plastiques standards et d’isothermes d’adsorption pour déterminer la capacité de transport de ces surfaces. La mise au point d’un protocole d’extraction séquentielle ou partielle sera effectuée afin de définir la répartition des métaux sur les microplastiques. Les métaux envisager sont le Hg par analyse CV-AFS/AAS, Cu, Cd et Pb par DPSAV ainsi que d’autre élément par analyse ICP-MS (par collaboration).
L’étudiant•e collaborera avec les équipes de recherche associées au projet et participera aux campagnes de prélèvement. (Retour)

M2-C-2017-8

Ce stage de Master 2 s’intègre dans l’un des domaines d’étude du laboratoire MAPIEM à savoir la caractérisation des biofilms colonisant les surfaces immergées en milieu marin au regard de la nature et des propriétés physico-chimiques de ces surfaces ainsi que des facteurs environnementaux liés aux sites d’immersion.Ce stage de Master 2 s’intègre dans l’un des domaines d’étude du laboratoire MAPIEM à savoir la caractérisation des biofilms colonisant les surfaces immergées en milieu marin au regard de la nature et des propriétés physico-chimiques de ces surfaces ainsi que des facteurs environnementaux liés aux sites d’immersion.En milieu marin, les macroalgues présentent des surfaces sujettes à la fixation de communautés complexes de microorganismes. Ces surfaces biotiques constituent donc une zone privilégiée d’interactions entre l’algue et ces biofilms naturels, l’ensemble formant un système biologique composé de l’hôte et de son microbiome associé, appelé « holobionte ». Parmi ces interactions, le contrôle spécifique de la fixation de certaines communautés d’épiphytes est particulièrement important pour l’hôte puisqu’il existe des communautés microbiennes dont les effets sont positifs, tandis que d’autres seront néfastes pour l’algue. Des études précédentes réalisées au sein de notre laboratoire sur T. atomaria ont ainsi montré l’existence de mécanismes chimiques à l’origine d’un contrôle de l’épibiose par cette algue (Othmani et al., 2016a).Dans le cadre de ce stage, l’objectif principal sera constitué par la poursuite de l’annotation du métabolome de surface de T. atomaria (Othmani et al., 2016b).Le programme d’étude comportera les étapes suivantes :- Analyse par chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse haute résolution et extraction des données de métabolomique à partir d’un échantillonnage réalisé lors d’un suivi saisonnier des extraits de surface de T. atomaria,- Analyses statistiques liant ces données métabolomiques à d’autres jeux de données (métagénomique, facteurs environnementaux, …) obtenus lors de ce même suivi,- Analyse structurale (spectrométrie de masse) des composés de surface impliqués dans le contrôle de l’épibiose et, le cas échéant, purification et caractérisation structurale (RMN 1D & 2D, HRMS) de ces composés via une approche classique de phytochimie.Références :Othmani et al. (2016a). Surface metabolites of the brown alga Taonia atomaria have the ability to regulate epibiosis. Biofouling 32:801-813.Othmani et al. (2016b). Settlement inhibition of bacteria and barnacles by molecules isolated from the Mediterranean brown seaweed Taonia atomaria. J. Appl. Phycol. 28:1975-1986. (Retour)

M2-C-2017-7

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet Interreg Marittimo SPLASH! (2018-2020): Stop alle Plastiche in H2O!, coordonné par l’UNIGE/Genova (Italie).L’objectif de SPlasH! est d’analyser la présence, l’origine et la dynamique des microplastiques dans les ports de la mer Tyrrhénienne (Gênes, Olbia, Toulon), et leur rôle potentiel comme vecteur de contaminants au large.
Le stage consiste en une étude des propriétés de transport des micro-plastique vis à vis des métaux traces. Dans un premier temps une caractérisation des micro-plastique par IRTF (ou autre technique) sera faite afin d’avoir une banque de données utilisables pour la classification des micro-plastiques issus de prélèvement. Puis, après avoir défini les protocoles de mesures spécifiques (homogénéisation digestion limite de détection…) , la méthodologie devra être mise au point à partir de micro-plastiques standards et d’isothermes d’adsorption pour déterminer la capacité de transport de ces surfaces. La mise au point d’un protocole d’extraction séquentielle ou partielle sera effectuée afin de définir la répartition des métaux sur les microplastiques. Les métaux envisager sont le Hg par analyse CV-AFS/AAS, Cu, Cd et Pb par DPSAV ainsi que d’autre élément par analyse ICP-MS (par collaboration).
L’étudiant•e collaborera avec les équipes de recherche associées au projet et participera aux campagnes de prélèvement. (Retour)

M2-C-2017-6

Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet Interreg Marittimo GEREMIA (2018-2021: GEstione dei REflui per il MIglioramento delle Acque portuali), coordonné par l’Université de Genova (Italie), associant des partenaires italiens et français (dont le laboratoire MIO) qui vise à fournir de nouveaux outils de détermination de la qualité des eaux portuaires en particulier par l’étude du devenir du cuivre utilisé comme biocide dans les peintures antifouling.
Les objectifs de ce stage sont:
– évaluer la cinétique de relargage en Cu de peintures antifouling: pour cela, des expériences en laboratoire seront réalisées. Elles consisteront à étudier le relargage en Cu de différentes peintures antifouling du commerce, d’un point de vue cinétique, afin de quantifier le flux de Cu correspondant, dans des conditions environnementales (en testant l’effet de la salinité, pH, présence/absence de ligands organiques, …).
– étudier la distribution spatiale/temporelle de Cu en zone portuaire (Toulon), par le biais de prélèvements d’eau et analyses en laboratoire, afin de comparer les résultats aux données expérimentales.
– en collaboration avec des microbiologistes, évaluer l’impact du relargage de Cu2+ par les peintures antifouling sur des micro-organismes marins, par le biais d’études en microcosme (Retour)

M2-C-2017-5

Le stagiaire devra choisir et mettre en œuvre des protocoles de quantification des métaux par extraction séquentielle puis analyse ICP-MS dans des particules marines, et étendre à cette matrice l’analyse du méthylmercure. Cette dernière, déjà opérationnelle pour les tissus biologiques marins, permettra la détermination fiable de ce composé dans diverses particules marines (phytoplancton, matières en suspension, sédiments). Le travail comportera une étude bibliographique, l’apprentissage et l’utilisation de matériel analytique spécialisé, l’optimisation et la validation des performances analytiques, pour une future application au sein du Laboratoire de Biogéochimie des Contaminants Métalliques. Le laboratoire est accrédité COFRAC selon la norme ISO 17 025. Par ailleurs, les échantillons sont déjà disponibles et issus des façades maritimes Manche, Atlantique et Méditerranée.
Le stagiaire aura également pour mission de contribuer à la rédaction d’une publication scientifique décrivant la mise au point des analyses, et l’exemple de son utilisation, ainsi que la présentation d’une interprétation préliminaire des résultats. (Retour)